From the BlogSubscribe Now

Évolution du nombre de clients Google AdWords entre 2003 et 2008

Une fuite dans la presse d’un document destiné à la SEC permet de connaître l’évolution du nombre d’annonceurs au programme Google AdWords entre 2003 et 2007, permettant une estimation pour 2008.

Google AdSense, Google Ad Manager et OpenX : solutions pour la monétisation de sites à faible trafic

Monétiser un site de trafic faible impose certaines contraintes financières. Pour y parvenir à moindre coût et augmenter ainsi sa marge, les éditeurs ont désormais deux possibilités : opter pour la solution de facilité, telle Google AdSense, ou exploiter un véritable serveur de publicité. Parmi les solutions bon marché, OpenX et Google Ad Manager ciblent le même public de webmasters aux moyens financiers limités. Voyons un peu ce dont on peut en dire.

Recherche en ligne : et si Steve Ballmer se trompait ?

Steve Ballmer, P-DG de Microsoft, considère que pour avoir une place de choix sur Internet, il fallait être un leader de la recherche en ligne, à l’instar de Google. Et s’il se trompait ? Si au lieu de tenter de battre Google sur son propre terrain, Microsoft exploitait ses acquis qui lui sont spécifiques pour reconquérir le web, et en particulier en s’intéressant à sa base d’utilisateurs, leur identité, leurs centres d’intérêts et leurs comportements ?

Openads devient OpenX

Beaucoup d’actualité depuis le début de l’année 2008 pour Openads, le serveur de publicités open source connu précédemment sous le nom de phpAds.

Le coût de la publicité pour les éditeurs de sites web

Les annonceurs payent les éditeurs de sites web pour la publicité qui représente alors un coût évident. Mais les éditeurs ont eux aussi des coûts directement relatifs à la publicité. Voici une étude qui analyse le coût pour l’éditeur de la mise en place de quelques campagnes publicitaires des annonceurs sur son site web.

Statut d’entreprise ou de salarié ?

Quelle est la différence entre le statut de salarié et celui d’entreprise unipersonnelle ? La question a le mérite d’être posée, puisque la réponse implique une fiscalité et une manière de travailler différente, que ce soit au Canada, en France ou ailleurs.