OVH loue plus de 40.000 serveurs web

OVH est le premier hébergeur web en France en termes de taille, malgré une concurrence très rude. La nuit dernière, la société vient de franchir un cap : « Nous avons plaisir de vous annoncer que nous louons officiellement plus de 40000 serveurs. »

A la fin du mois d’août 2008, OVH lançait sa gamme 2008 Révolution, ce qui a sans doute contribué à l’augmentation du parc de machines. Mais c’est probablement l’apparition plus tôt cette année des offres de serveurs d’entrée de gamme que la société nomme RPS (pour Real Private Server) à partir de 9,99 € HT par mois (11,95 € TTC) pour concurrencer en se distinguant le marché des VPS (pour Virtual Private Servers) que l’hébergeur a su augmenter aussi considérablement son parc. Pour atteindre un prix d’appel aussi bas, le serveur est dépourvu de disque dur, celui-ci étant géré sur filer via une simple connexion réseau ; de plus, les serveurs occupent chacun une demi-unité dans une baie et sont refroidis par un système de refroidissement liquide ne nécessitant pas de climatisation pour des raisons de réduction de coûts.

Le 19 juin dernier, OVH annonçait déjà ses prévisions : « Ovh gère plus de 35’000 serveurs (les RPS + les serveurs dédiés). Nous sommes n°1 de serveur en France. Notre objectif de 100’000 serveurs prévus pour 2011 est toujours maintenue. » L’augmentation depuis trois mois — et ce malgré la période des congés d’été — est de 5.000 serveurs. Si ce rythme devait se poursuivre de manière constante, l’objectif de 100.000 serveurs devrait par conséquent être atteint à la fin de l’année 2011, voire plus tôt, si la croissance s’accélère, ce qui sera probablement le cas, le marché des serveurs et des centres de données étant en plein boom ces dernières années, d’autant que la société se développe rapidement à l’étranger : « Ovh est présent en France (et Belgique), en Allemagne, en Pologne, en Angleterre, en Espagne et en Italie. Après 1 filiale tous les 6 mois, il est temps d’accélérer un peu le rythme. Nous préparons actuellement 4 nouvelles filiales, pour la fin de l’année : Irlande, Portugal, Pays-Bas et République Tchèque. »

Pour terminer, voici à quoi ressemble un centre de données (ou datacenter) d’OVH plein de serveurs en location :

Et là, on découvre le centre de données Paris DC1 destiné aux offres housing (hébergement des serveurs appartenant aux clients) :

Enfin, n’hésitez pas à regarder ce reportage de France 3 consacré à OVH où vous en apprendrez un peu plus sur cette success story française et européenne.

Comments

  1. C’est amusant de constater qu’il y a eu une augmentation de 5000 serveurs ces trois derniers mois, juste pendant le bruit qu’ont fait leurs annonces concernant les restrictions d’utilisation des serveurs dédiés (p2p, proxy, tor, etc.).

    On aurait pu voir une diminution (fermetures), ou au moins une stagnation (pour ma part après ces annonces je n’ai pas envie d’ouvrir de serveur chez eux).

  2. @Romain : J’ai l’impression que l’essentiel des clients OVH sont des revendeurs et entreprises, et non des particuliers. Or, l’utilisation des logiciels de communication tels que les logiciels de transfert en pair-à-pair (ou P2P ou peer-to-peer si tu préfères), ou encore les serveurs mandataires (proxy) anonymisants (tor) sont avant tout mis en place par des particuliers.

    D’ailleurs, suite à l’annonce, fin août, de la nouvelle gamme, ce ne sont pas les serveurs grand public (les Kimsufi) qui ont manqué, mais les serveurs dits professionnels (SP, EG, MG, HG) qui ont eu le plus de succès, les professionnels ne pouvant plus s’appuyer sur les Kimsufi du fait de l’absence de sauvegarde distante et de disques RAID-1, contrairement aux offres 2008 Reloaded.

    Maintenant, qu’est-ce qui a été interdit chez OVH ? Pour autant que je sache, tous les logiciels mettant en danger l’infrastructure du réseau interne. Or, les logiciels P2P sont inadaptés aux disques en réseau et en particulier les disques montés en NFS comme c’est le cas des offres RPS. En outre, toute utilisation illégale des logiciels de type P2P peut elle aussi amener OVH à couper les serveurs concernés, conformément aux contrats. Mais cela ne touche pas juste OVH, mais tous les hébergeurs quels qu’ils soient : le respect de la loi française s’impose.

    L’annonce précédente d’OVH en matière de P2P visait à faire parler de la société et de la loi DADVSI qui aurait pu rendre de nombreux logiciels P2P interdits en France et empêcher les auteurs d’y contribuer. D’ailleurs, sur les sites de vulgarisation des divers ministères, tu liras que les logiciels P2P sont interdits en France, qui est totalement faux, c’est leur usage pour contrefaire des œuvres protégées par le droit d’auteur qui est interdit, ce qui est une nuance capitale, puisque l’utilisation des logiciels P2P est aussi répandue pour le transfert de fichiers de manière totalement légale, et certaines solutions de téléphonie en ligne légales utilisent des technologies P2P. Au final, OVH a juste retiré de ses serveurs les projets open source liés aux réseaux P2P, sans rien interdire quant à l’hébergement de ces logiciels par leurs clients.

    Quant aux proxy et autres réseaux tor, OVH mène depuis plusieurs semaines une guerre visant à éradiquer une utilisation frauduleuse de ses serveurs mettant en danger son réseau. Cela vise les serveurs utilisés favorisant les pratiques du phishing ou de cartes ou numéros de cartes bancaires volés.

    En d’autres termes, OVH vise à assainir son réseau d’utilisations manifestement illicites ou favorisant les usages manifestement illicites compte tenu des pratiques en cours. Cet été, en un mois, OVH a dû faire face à 150.000 € d’impayés liés à des paiements frauduleux émanant essentiellement du Maroc, ainsi que via des serveurs mandataires internes au réseau OVH ou sur le territoire français ou européen. Des méthodes similaires sont utilisées par des pirates pour scanner le réseau en vue d’identifier d’éventuelles failles de sécurité en vue de hacker les serveurs pour lancer des vagues de spam et de phishing.

    Pour ce que j’ai pu lire sur les listes de diffusion d’OVH, le réseau interne s’est doublement assaini. D’une part, en moins d’un mois, de 50 commandes frauduleuses par jour, la société n’en enregistre pas plus de 2 par jour et vise à descendre en dessous de ce niveau très prochainement. D’autre part, les clients d’OVH notent une très nette chute des scans et attaques de leurs serveurs, ceuxci n’émanent pour ainsi dire plus du réseau interne et les scans et attaques externes sont automatiquement et manuellement interceptées au niveau des routeurs, par une analyse toutes les 5 minutes des journaux d’activité du réseau.

    En tant que client OVH, plus que jamais, je suis satisfait de la qualité du service. Alors que j’héberge l’essentiel de mes sites sur un serveur dédié loué auprès d’un prestataire tiers (auquel je vais continuer à faire confiance, car une fois les problèmes de mise en place passés, la qualité de service reste raisonnable, bien qu’inférieure à celle d’OVH pour un tarif équivalent, voire un peu plus cher), j’envisage de revenir chez OVH pour y louer un ou plusieurs serveurs plus gros, en plus des RPS que j’y loue déjà.

  3. L’entreprise a eu un énorme succès et beaucoup cru ces dernières années. Mon expérience personnelle, c’est que la qualité globale du service chez OVH s’en est beaucoup ressentie. Alors qu’il y a encore 2 ou 3 ans, on avait en ligne des interlocuteurs compétents, et des réponses par mails circonstanciées et compétentes (et jamais une panne), il faut maintenant un temps de plus en plus long pour avoir un interlocuteur (sur ligne surtaxée), ou une réponse par mail (plusieurs jours parfois) et les nombreux téléassistants sont pour la plupart totalement incompétents (ou se renvoient la balle).
    Le réseau lui-même tombe souvent en panne (nombreux problèmes de routages, souvent mineurs à l’échelle du réseau mais qui peuvent empêcher la visibilité entre 2 serveurs, par exemple), et OVH botte presque systématiquement en touche quand il y a un problème chez eux. C’est parfois extrêmement agaçant, voire à s’arracher les cheveux quand on ne peut plus fournir la QoS au client final.
    Bref, avec la croissance, OVH est devenu un hébergeur comme les autres, perdant une bonne partie de ce qui faisait son caractère exceptionnel. Après avoir été un inconditionnel d’OVH, j’ai recommencé à regarder ce que propose la concurrence.

  4. @bruno : En effet, je te l’accorde, OVH s’aligne sur la concurrence en matière de service, mais le pannel des offres disponibles reste très large et les prix toujours compétitifs. De plus, OVH sécurise grandement son réseau, autant des attaques externes à son réseau qu’au sein du réseau, rendant les problèmes de piratage de serveurs très limités, alors qu’il s’agit de l’un des plus gros hébergeurs européens, voire mondiaux. Un autre point important : la communication. Quand quelque chose ne marche pas, en règle générale, on est prévenu rapidement, ainsi que des mesures prises pour corriger la défaillance, ou encore le temps de résolution du problème.

    Pour ce qui est de la qualité du support, je dirai que cela est variable. Ce fut catastrophique début 2008, mais cela s’était très largement améliorer plus tard dans l’année. J’avoue cependant que je n’ai pas eu à faire appel au support récemment, donc je ne pourrai pas en juger pour cette année 2009 qui débute.

  5. @martin : D’accord avec toi sur le panel de l’offre et les prix compétitifs.
    Mais alors que cela s’accompagnait en plus, au départ, d’une QoS impeccable, je te confirme (nous en faisons actuellement la douloureuse expérience) que la qualité du support n’est pas revenu à son niveau précédent. Les interlocuteurs sont incompétents, et sont surtout payés pour botter en touche avec des arguments fallacieux et techniquement stupides, au lieu d’être, comme autrefois, à la recherche d’une vraie solution pour et avec le client. Epoque révolue… Sur certains des problèmes que nous rencontrons, nous voilà condamnés à l’impuissance… ou à changer de prestataire ! Pas sûr d’ailleurs qu’on puisse trouver mieux à prix équivalent, mais la morale, c’est qu’il n’y a pas de secret : à prix discount on finit toujours par avoir un service discount…

  6. Quels sont les quatre autres gros hébergeurs européens ?

  7. Ne pas oublier les performances très moyenne du mutualisé OVH qui pousse naturellement à passer vers un RPS ou même un dédié.
    Moi le premier…

  8. Effectivement, comme souligne si bien Bruno.
    OVH commence a aussi sérieusement me taper sur les nerfs, je pense qu’il manque de plus de sérieux et je les trouves de plus en plus médisant avec leurs clients.. A noter que je travail pour une société et nous avons été fidèle avec eux depuis 10 ans.
    La technique reste fiable, mais le support non, et encore moins le service commercial.
    Je pense que OVH se sent très « intouchable » depuis qu’ils sont numéro 1 en France, il devrais ce méfier, parce que les mauvaises réputations reste très longtemps dans la mémoire des clients..

Speak Your Mind

*