Windows et Mac OS X sur la même machine

Installation de Windows Vista sur Apple Macintosh

L’avantage d’avoir un Mac, quand on développe des applications web, et par conséquent des applications nécessairement multi-plateformes, on peut aisément installer Windows sur Mac. Deux écoles se présentent alors : tout d’abord, une installation en dual boot, via Apple Bootcamp, permettant aux deux systèmes d’exploitation de cohéxister sur la même machine sans jamais se rencontrer, puisque c’est au démarrage de l’ordinateur que l’on opte pour le lancement de l’un ou de l’autre ; ensuite, une solution à base de virtualisation qui permet de faire fonctionner les deux systèmes d’exploitation sur la même machine en même temps.

Dual boot

L’avantage d’une solution à base de dual boot via le logiciel Apple Bootcamp est de permettre de faire fonctionner des systèmes d’exploitation en mode natif, accédant directement à l’ensemble des ressources. Enfin… « directement » n’est pas le terme exact, puisque les systèmes d’exploitation accèdent aux ressources de la machine au travers de pilotes logiciels. L’un des points forts d’Apple Bootcamp est par conséquent de proposer des pilotes Windows adaptés aux machines Mac.

Cependant, ces pilotes sont limités à certaines versions de Windows (mon Macbook Pro ne semble pas disposer de pilotes Windows Vista 64 bitsnotamment) et n’implémentent pas toutes les fonctionnalités (pas de shaders sur les cartes vidéo, donc pas de jeux vidéo récents pouvant être lancés).

Autre point négatif : il s’agit bel et bien de faire fonctionner deux systèmes d’exploitation sur la même machine, mais… pas au même moment. Pratique quand on a une utilisation occasionnelle de l’un des deux systèmes d’exploitation, mais difficilement praticable quand on utilise chacun des deux mondes régulièrement.

Enfin, croyez-moi ou non, Apple Bootcamp ne fonctionne pas sur mon Macbook Pro, plantant totalement la machine en cours d’installation, m’invitant à relancer à la sauvage (pression sur le bouton d’extinction de l’ordinateur pendant plusieurs secondes) l’ordinateur. Au redémarrage, il s’avère que l’espace disque réservé à l’autre système d’exploitation est inaccessible, nécessitant une récupération via redémarrage du système depuis le disque d’installation et l’utilisation d’outils de récupération inaccessibles au commun des mortels (comprenez : non informaticiens). A croire qu’Apple m’en veut avec tous ces bugs de Leopard.

Virtualisation

La virtualisation permet de faire fonctionner plusieurs systèmes d’exploitation sur la même machine. Sur Mac, on peut ainsi faire fonctionner Windows comme une application Mac OS X via l’utilisation de logiciels de virtualisation tels que Parallels ou VMware.

L’avantage ? On peut faire fonctionner des applications Mac OS X et Windows en même temps. L’intégration des deux mondes est plutôt intéressante : glisser-lâcher un fichier d’un univers vers l’autre implique la copie automatique, les copiers-collers suivent, etc. Excellent quand vous utilisez régulièrement des applications des deux mondes ou que vous devez tester vos applications multi-plateformes sur les deux univers.

Notez que VMWare Fusion permet d’installer d’autres systèmes d’exploitation sur votre Mac, et j’avoue que l’installation d’une machine virtuelle sous Linux, afin de faire des tests de configuration locales de mes serveurs en ligne avec une réactivité indépendante de la vitesse de ma connexion Internet, me tente plutôt bien.

Les inconvénients ? Innombrables. Là encore, le système d’exploitation virtualisé implique l’utilisation de pilotes logiciels dont la qualité est limitée. N’envisagez pas de faire fonctionner des jeux récents sur vos machines virtuelles Windows : les pilotes fournis ne supportent pas les shaders des cartes vidéos récentes pourtant exigés par les jeux de dernière génération.

Mais cela peut paraître anecdotique à côté d’un défaut grave, rendant l’utilisation de Windows via WMware Fusion impraticable pour de nombreux usages : les pilotes clavier. En effet, alors que votre clavier physique comporte tous les signes extérieurs d’un Mac, les pilotes AZERTY du Windows virtualisé n’en tiennent pas compte, exigeant de vous des manipulations des plus exotiques. Taper un simple signe de tiret (« – ») demande alors un effort intellectuel important, car les combinaisons de touches diffèrent selon que l’application que vous utilisez tourne sous Windows ou sous Mac. A moins donc d’avoir deux claviers (et encore, je ne suis pas convaincu que cela soit supporté), utiliser un traitement de texte sous Windows devient mission quasi-impossible sous VWmare Fusion. J’ignore ce qu’il en est pour Parallels.

Un autre défaut de taille : le multi-écrans n’est pas supporté sous VWware Fusion, et le support de Spaces, le bureau virtuel de Mac OS X 10.5 Leopard, est là encore très aléatoire, voire bogué au point de le rendre inexploitable.

Conclusion

Les solutions visant à réunir Windows et Mac OS X sur la même machine sont multiples et proposent un certain niveau d’interopérabilité. Cependant, s’il y a des avantages à opter pour ces solutions, il faut comprendre qu’elles ont leurs limites et inconvénients. A vous de voir, si vous choisissez de franchir le pas, s’il est plus intéressant de faire fonctionner plusieurs systèmes d’exploitation sur la même machine, ou bien s’il est préférable d’en utiliser plusieurs distinctes. En effet, pour tirer le meilleur de chacun des deux mondes séparément, la meilleure solution reste encore d’opter pour des machines distinctes. Le multi-boot et la virtualisation, malgré leurs qualités, en sont encore à un niveau de « proof of concept » plutôt qu’à un niveau de production pleinement maîtrisé.

Comments

  1. Martin La Blonde says:

    Je n’arrive toujours pas à comprendre pourquoi tu as autant de problèmes avec ta machine… À la base, as tu fais une installation classique ou bien des formatages et installations particuliers ?

    Moi aussi j’ai installé Windows sur ma machine et ça fonctionne sans problème. Je tourne avec Parallels mais quand j’ai démarré sous BootCamp cela fonctionnait bien. Les seuls problèmes que j’ai eu étaient dus à l’installation de Windows…

  2. @La Blonde, j’attribue, à tort ou à raison, l’origine de mes problèmes logiciels à des défauts de jeunesse de Leopard. J’ai en effet lu sur l’éditeur du site de l’un de mes logiciels préférés (Araxis Merge) que Leopard serait à l’origine de certains défauts d’affichages au sein de leur logiciel. Bon, c’est un peu facile de rejeter la faute sur les autres… Néanmoins, je rencontre des cas de défauts d’affichage similaires sur Office Mac. Aussi, le plus petit dénominateur commun était le système d’exploitation, je le soupçonne en priorité.

    Par ailleurs, note que j’utilise mon Macbook Pro de manière atypique par rapport à l’ensemble des utilisateurs, puisque je l’exploite comme machine de bureau transportable et je le traite comme tel : deux écrans, ordinateur allumé 24/24. Je doute aussi que les utilisateurs de Mac utilisent autant Exposé et Spaces (bureaux virtuels : 6×2 écrans très haute résolution, cela représente quelque 140 Mo de mémoire consacrée à la vidéo utilisés rien que pour l’affichage), et s’amusent à faire mumuse avec VMware faisant tourner Windows en même temps…

    Qu’ai-je donc installé de si particulier ? Hum… pas mal de logiciels, mais tous utiles et aucun gadget.

    Cela étant, j’aurais bien voulu pouvoir, de temps en temps, lancer Windows en BootCamp. Je t’envie ! ;-)

    Concernant Parallels, que je n’ai pas testé, par flemme (oui, je l’avoue…), comment celui-ci émule le clavier du Mac sous Windows ? Faut-il investir dans un clavier Windows pour avoir des emplacements de lettres conformes à ceux dessinés sur le clavier en AZERTY, ou bien Parallels se débrouille mieux que VWware sur ce point ?

  3. Martin La Blonde says:

    Vu la config que tu décris, je comprends mieux tes problèmes. Ceci étant, Leopard devrait savoir gérer tout cela normalement.

    Concernant la gestion du clavier mac, après l’installation de Windows, il te suffit d’insérer le CD de Leopard qui va installer les drivers spécifiques d’Apple. Ainsi, que tu sois sous BootCamp ou sous Parallels, ton clavier fonctionne à merveille.

  4. Merci pour tout vos informations, je viens d’acheter un mac, je voulais installer windows, mais je ne savais pas comment faire.Maintenant je vais essayer. Et le probleme de virus. Je vais dvoir me servir d’un antivirus pour windows c’est ca.

  5. Bonjour,
    Je pense qu’il suffit de programmer, sous windows, le clavier belge (ce n’est pas une blague !) pour trouver une adéquation presque parfaite avec le clavier mac.

  6. Bonjour^^,

    Voici ce qui m’amène…

    Je souhaiterai installer Windows Xp ou bien Vista sur mon Mac OS X, sachant que celui ci est une version Tiger (10.4.11) et qu’il est dit être doté d’un processeur Intel core 2 Duo…

    Est ce possible ? dois utiliser bootcamp ? ou bien un autre logiciel de virtualisation?

    Merci d’avance pour vos réponses^^

  7. Bonjour :)

    Je ne trouve toujours pas la solution , à savoir si il faut vraiment installer un anti-virus pour windows quand celui-ci est installer sur mac OS X….
    Dites moi S.V.P si c’est possible de le faire et si vraiment ça n’altère pas mac quand on s’en sert….J’attends vos réponses avec impatience pour installer windows sur mon mac

    Merci par avance.

  8. @saphira : Oui, il est vivement recommandé d’installer un anti-virus lorsqu’on utilise Windows, même si ce dernier est installé sur un Mac, que ce soit via Bootcamp ou via une solution de virtualisation.

  9. Martin 6666satan6666 says:

    il y a la soluce http://macsim.labolinux.net/2010/06/07/virtualiser-macosx-sous-linux/

    il dise que c’est pour linux mais c’est exactement la meme chose pour windows ou mac

  10. @6666satan6666 : Voici une piste intéressante. Cependant, je ne suis pas certain que la licence d’utilisation d’OS X accepte la virtualisation, en particulier sur une machine non Apple. En revanche, j’ignore aussi si une telle limitation contractuelle, si elle existe, est légale.

  11. Vous avez l’air très pro ! et vous pourriez peut être me dire ?
    J’ai installé Windows 7 sur mon Mac pro OS Lion avec BootCamp, c’est bien, mais c’est un peu lent. Croyez vous que je puisse maintenant désinstaller Mac OS (sans risque, évidemment !) ce qui peut être boosterait ma machine à qui je n’ai rien à reprocher.
    Merci d’avance

  12. Joëlle : Avant de poursuivre, assurez-vous de faire une sauvegarde via Time Machine, le logiciel de sauvegarde intégré à OS X, sur un disque dur externe. De même, faites une sauvegarde de vos fichiers Windows, avec le logiciel de votre choix (un logiciel de sauvegarde est aussi intégré à Windows 7).

    Ceci fait, oui, vous pouvez faire ce que vous voulez de Windows 7. Cependant, comprenez que sa désinstallation n’améliorera pas les performances de votre Mac. En effet, l’installation de Windows 7 via BootCamp ne ralentit pas le Mac. Aussi, sa désinstallation ne l’accélère pas non plus.

    Par ailleurs, aussi étonnant que cela puisse paraître, les MacBook Pro sont souvent cités comme portables parmi les meilleurs, sinon les meilleurs portables en matière d’autonomie et de performances des ordinateurs portables tournant sous Windows (!) au niveau des applications bureautiques.

    Pour améliorer les performances du Mac, plusieurs pistes sont à envisager : la désinstallation de logiciels inutiles ; l’ajout de RAM ; le remplacement d’un disque dur par un SSD.

Speak Your Mind

*