Vivre de son blog

Peut-on vivre de son blog ? Certains en rêvent, d’autres le font. 2803.com se propose de faire une petite étude sur les blogs influents, à commencer par une étude de leur trafic estimé à partir des chiffres de leur régie publicitaire.

Ainsi, on y découvre que les visiteurs uniques mensuels (estimés) de quelques blogs tendance sont les suivants :

  • Mobilecrunch : 10.000 visiteurs uniques (VU) ou 40.000 pages vues (PV)
  • Read/WriteWeb : 10.000 VU ou 40.000 PV 
  • Tailrank : 50.000 VU ou 200.000 PV
  • Popurls : 90.000 VU ou 360.000 PV
  • GigaOm : 100.000 VU ou 400.000 PV
  • Reddit : 240.000 VU ou 960.000 PV
  • Techdirt : 240.000 VU ou 960.000 PV
  • Newsvine : 275.000 VU ou 1.100.000 PV
  • Techcrunch : 300.000 VU ou 1.200.000 PV
  • Digg : 5.000.000 VU ou 20.000.000 PV
  • Fark : 5.175.000 VU ou 20.700.000 PV

Peut-on réellement vivre avec un tel trafic ? Pour cela, prenons comme base de comparaison Les perles du chat, l’un de mes sites personnels, sur la période de mai 2006 (sources : Google Analytics / Xiti) :

  Google Analytics

Xiti

Pages Vues (PV)

252.255

263.937

Visites (V)

136.502

139.292

VC (Visiteurs Cumulés)

ND

122.830

Pages par Visite (P/V)

1,85

1,9

Notons que les VC sont le total des VU de chaque jour du mois. C’est donc une surestimation des VU mensuels réels, les VU mensuels réels sont donc compris entre le trentième de VC (les mêmes visiteurs reviennent sur le site chaque jour) et VC lui-même (aucun visiteur ne revient sur le blog le même mois).

Sachant que les recettes publicitaires générées sur le mois de mai s’élèvent à un total de 489,90 € environ, on en déduit un chiffre d’affaires 1,86 € et 1,94 € pour mille pages affichées. (Je tiens à préciser que j’utilise les services des régies publicitaires à des fins éducatives et informatives exclusivement, souhaitant lancer une entreprise web, pour estimer le marché. Je n’ai actuellement pas le statut légal pour pouvoir les encaisser. Aussi, je ne le fais pas.)

Par ailleurs, le coût salarial en France est d’environ 1.500 € par mois pour le SMIC (salaire minimum légal, charges salariales et patronales comprises) pour 35 heures hebdomadaires et 2,5 jours de congés par mois travaillé. A cela, ajoutons 200 € de frais d’hébergement et maintenance technique, ainsi que les abonnements aux sites d’informations payants, aux magazines papier d’information et autres frais matériels et logiciels relatifs au blogging. Au total, l’ensemble des frais relatifs à un blogueur salarié à temps plein s’élève à 1.700 € mensuels.

Ainsi donc, pour pouvoir vivre de son blog en France, d’après les chiffres mentionnés, un blogueur se doit de générer un trafic allant de 876.000 à 914.000 PV mensuelles au minimum.

Au final, malgré tout le succès qu’on leur accorde, il apparaît que bien peu de blogueurs peuvent se permettre de vivre aisément de leur blog, du moins en France. Je suis d’autant plus étonné du succès affiché des blogs technologiques à tendance web 2.0, alors que les spécialistes dans ce domaine sont peu influençables par la publicité qu’ils zappent en un clin d’oeil…

Comments

  1. Très bonne analyse kwa, tu as vraiment des chiffres impressionnants! Je fais pale mine avec mes 11 420 visits et mes 27 058 PV…

  2. LesPerlesDuChat.com est un site amateur qui a en effet un certain succès. Cependant, il a un succès très éphémère, car directement lié au référencement sur les moteurs de recherche, qui représentent plus de 50 % du trafic. Un changement dans l’algorithme de scoring des moteurs de recherche et le trafic peut chuter de manière très significative.

    En effet, j’ai optimisé le site de manière à augmenter sa visibilité sur certains mots-clés très peu concurrentiels, mais générateurs de trafic, mais un trafic non fidélisable pour des raisons de choix rédactionnels. Les lecteurs trouvent bien des articles associés aux mots-clés qu’il recherchent, mais les articles n’abordent pas ces sujets de la manière dont ces visiteurs aimeraient qu’ils les abordent. (Non, je me refuse à publier des photos de « copine nue » sur mon blog… C’est pourtant un sujet récurrent de LesPerlesDuChat.com.)

  3. Joli score… et belle stratégie de référencement. Concernant les afficionado du web 2.0, je reste dubitatif, comme toi.

  4. Les Eur que tu peux gagner avec ton site, (blog ou autre mais peu importe…) dépendent completement de la thématique abordée.
    Par exemple un site sur les conseils d’achat, des comparatifs de produits et autre…sera rentabilisé beaucoup plus facilement qu’une thématique technique non mercantile par exemple.
    Le top pour gagner beaucoup de $, est de viser les thématiques charme ou jeux, les dépenses des internautes sont importantes et les taux de reversement aussi avec 20 à 30% actuellement. C’est largement mieux que les 3 ou 5% des produits classiques.
    Par contre le web est hyper concurrentiel sur ces secteurs et il faut être tres costaud pour se maintenir sur la durée (je parle en années…)
    Donc je peux affirmer qu’un blogeur qui obtient 800 000 pages vues/ moi sur ces thématiques possedent un revenu avec 5 chiffres en fin de mois !

    Mais l’objectif est-il uniquement de gagner de l’argent ?

  5. Sur ce site, non, il n'y a aucun objectif mercantile. Mais j'ai d'autres sites qui visent essentiellement ce but, du moins à terme. En effet, j'envisage de monter une société qui mise pour partie de son chiffre d'affaires sur la monétisation des espaces publicitaires vendus sur les blogs dont elle aurait la responsabilité. C'est donc un gagne pain comme un autre.

    Néanmoins, je ne suis pas d'accord avec ton analyse concernant les sites pour adultes ou jeux. En effet, les plus grandes régies publicitaires évitent ces sites et certains de mes sites sont refusés par certaines d'entre elles pour cause de contenu adulte, que ce soit une réalité ou non. Ainsi, en misant sur des régies de seconde zone, j'ai vu le chiffre d'affaires fondre comme neige au soleil. Il faut dire que mon site ayant la plus grande audience est trop osé pour les régies publicitaires classiques et pas assez pour les régies spécialisées dans les services pour adultes.

    Bref, mes sites à venir auront un positionnement beaucoup plus clair.

  6. Kwa, le problème est le choix des régies publiciaires comme source de revenu unique ! A mon avis cela ne peut être qu’une source de revenu secondaire…
    Perso, du fait du positionnement de mon site j’ai testé un peut toutes les sources possibles depuis 5 ans:
    1/Régie publicitaire avec paiement au CPM ou au clic
    Exemple: Google Adwords
    2/ Affiliation classique avec paiement sur les ventes apportées (en moyenne 3% à 5% du CA généré…
    Ex: Firxx Coffxx qui est très bien
    3/ « Programmes spéciaux » type charme ou casino en ligne avec 20 à 30% des revenus reversés
    Ex: Carpexxxx
    Le ratio des gains entre ces différentes formules est à peu près:
    F1: 1
    F2: 3
    F3: 15
    C’est à dire que pour 1 Eur gagner avec la F1, tu en gagnera 15 avec la F3.

    La formule gagnante est de panacher les 3 formules et de diversifier les ressources.

  7. Tes rapports semblent tout à fait intéressants. Pour ma part, j'ai testé l'affiliation à un site de rencontres libertines qui reverse jusqu'à 55 % du chiffre d'affaires généré avec des affichages sur un blog traitant des rencontres. Malheureusement, cela revient à 0,03 à 0,04 € le clic en moyenne, avec un CPM peu élevé. Cela reste inférieur à ce que je connaissais sur GA. Néanmoins, la thématique de la rencontre semble saisonnière et peu intéressante, finalement, à moins de cibler le site là dessus et le référencer exclusivement dans ce but.

    A l'avenir, je vais tâcher de me diversifier avec de pouvoir justement diversifier les sources de revenus au niveau des annonceurs, notamment, mais aussi tenter de proposer du contenu payant dans un avenir plus lointain, un fois que j'aurais correctement ciblé les domaines où il y a une forte demande et une marge importante (bref, un marché de niche lucratif, mais limité, donc peu concurrentiel).

  8. Les chiffres que tu as calculé sont tout faux, ou plutôt ne représent qu'un cas particulier : Les Perles Du chat.  Il faut savoir que, si on parles en terme d'adwords uniquement que le CPC varie fortement d'un site à l'autre. Tel site aura peut-être un faible CPC de 0,02 €, tel autre postionné sur un sujet plus porteur en terme de recettes publicitaires un CPC de 0,20 € voir plus. De plus tout les visiteurs ne cliquent pas de la même manière.  Certains sites parviennent à un taux de clic qui atteinds presque 2%, d'autres auraient du mal à dépasser les 0,02%… Tu vois la variation possible d'un site à l'autre ? Il peut aussi, comme cela l'a été dit, y avoir de fortes variations suivant la campagne et le type de régie que tu utilises. En plus, les prix sur les adwords sont loin d'êtres stables, sans parler des difficultées de référencement. Si tu veux vivre de revenus d'affiliation vise à gagner au moins le double (3400 €), sinon le triple pour contrer à ce genre d'éventualités (et à mon avis, pour gagner le SMIC, tu vas avoir besoin d'un peu plus de 1500 €, sans parler de toutes les tracasseries administratives que cela représente). Les afilimasters peuvent enregistrer de fortes fluctuations de leur revenus d'un mois à l'autre.

  9. Maxime, les chiffres indiqués dans l'article ci-dessus sont exacts. Néanmoins, je te l'accorde, ils varient sensiblement d'un site à l'autre et, an matière de Google AdWords / Google AdSense notamment, ils semblent varier notamment en fonction du positionnement de la page dans les résultats de recherche de Google sur les mots-clés associés.

    Ainsi, une page affichant des publicités Google AdSense traitant de "crédit automobile" apparaissant en première position à la requête "crédit automobile" rémunérera davantage le webmaster au clic qu'une page à la centième position sur ce même mot-clé.

    Ceci étant dit, tu as raison de préciser que les revenus issus de l'affiliation sont variables et dépendent de facteurs qui ne sont pas entièrement sous le contrôle du webmaster.