Faut-il regretter que DailyMotion soit français ?

Henri Labarre exprime ses regrets de voir l’ambition de DailyMotion essentiellement centrée sur la France, comme semble l’exprimer Benjamin Bejbaum, P-DG et co-fondateur, dans une interview accordée au Monde la semaine dernière. Mais faut-il réellement le regretter ?

Visiblement, en devenant la plateforme vidéo de Guts, DailyMotion montre non seulement sa capacité technique, mais aussi son intérêt et sa capacité à placer sa technologie et ses services en marque blanche, ce que YouTube n’avait visiblement pas réussi à faire avec MySpace, le fameux réseau social américain et l’un des principaux fournisseurs de trafic à YouTube, qui vient de lancer sa propre plateforme d’hébergement vidéos, plus facile d’accès à ses membres, puisque directement intégrée au panneau d’administration. Se positionner clairement sur un territoire permettra sans nul doute à DailyMotion d’y gagner des parts de marché non négligeables, d’autant plus en France, où bloguer est devenu un sport national.

Certes, le rapprochement de Wat, site communautaire basé sur un réseau social et la vidéo, et d’Over-Blog, troisième hébergeur de blogs en France, via la participation de TF1, propriétaire de Wat, au capital de JFG Networks, éditeur d’Over-Blog, ferme des débouchés pour DailyMotion. Ces débouchés sont aussi compromis du côté de Windows Live Spaces, le deuxième réseau de blogs en France, depuis le lancement par Microsoft de son service de diffusion de vidéos Soapbox. Cependant, il reste encore de belles places à prendre, puisque SkyBlog, la première plateforme d’hébergement de blogs en France avec près de 6 millions de blogs, ou encore CanalBlog, avec près de 200 mille blogs, sont des terrains vierges à conquérir.

Or, de tels partenariats prennent du temps et nécessitent des équipes présentes sur place. Si DailyMotion devait s’être lancé à la conquête des Etats-Unis, il aurait alors fallu ouvrir des bureaux dans la Silicon Valley, pour mettre en place l’antenne américaine, comportant à la fois une équipe technique, spécialisée dans l’hébergement du centre de données pour le continent américain, mais surtout une équipe commerciale et marketing, pour attirer l’attention des réseaux de taille mondiale, afin de leur placer ses services. DailyMotion aurait-elle été capable, en débarquant fraîchement en terrain inconnu, d’y gagner des parts de marché ? Par ailleurs, l’entreprise serait-elle alors encore capable de progresser sur ce marché ?

L’intérêt pour la France n’est pas spécifique à DailyMotion. Meetic, depuis 2001, y a gagné beaucoup en notoriété et en parts de marché, le site étant depuis devenu un acteur incontournable de la rencontre en ligne en Europe. DailyMotion suivra-t-il cet exemple ? Quoi qu’il en soit, nous pouvons lui souhaiter cette réussite !

EDIT du 17/11/2006 : D’après Business Week, Wat.tv serait géré par Daily Motion.

Crédits photo : Jean Scheijen

Comments

  1. Très bonne analyse.