Mon nouveau serveur, HG 2009 BestOf Revolution

Nouveau serveur : un monstre de puissance

Depuis début avril, je profite d’un nouveau serveur sur lequel j’ai migré l’ensemble des sites hébergés. Il s’agit d’un HG 2009 BestOf Revolution de chez OVH :

  • 2 processeur Intel Xeon 5530 cadancés à 2,40 GHz : il s’agit de deux processeurs 64-bits quadi-cœurs dotés de l’Hyper-Threadin, permettant donc l’exécution de jusqu’à 16 threads simultannés ;
  • 12 Go de mémoire DDR3 ECC ;
  • 2 disques SAS 1 To montés sur un RAID-1 matériel ;
  • 2 interfaces réseau 1 Gbps avec une vitesse de communication d’1 Gbps de communication sur le réseau interne à OVH et de 200 Mbps avec Internet ;
  • 1 To d’espace de sauvegarde FTP ;
  • etc.

Le prix du joujou ? Grâce à une offre exceptionnelle lancée dans la nuit du lancement de ce matériel haut de gamme, le serveur est à « seulement » 199 € HT par mois, soit la moitié de son prix catalogue.

Application : virtualisation

Cela faisait longtemps que je lorgnais du côté des serveurs milieu et haut de gamme de chez OVH pour m’initier à la virtualisation. Voici qui est chose faite, puisque je fais tourner sur ce serveur une solution de virtualisation à base de Proxmox basée sur OpenVZ. Il s’agit d’une solution de virtualisation à base de conteneurs pouvant n’exécuter qu’une unique instance de noyau Linux partagé entre tous les conteneurs, permettant ainsi un gain de mémoire et de performances intéressants.

Sur cette machine, je profite actuellement de 16 IP FailOver RIPE sur lesquelles j’ai installé une demi-douzaine de conteneurs ou serveurs virtuels privés (ou VPS pour Virtual Private Server). Ainsi :

  • web1.petitreseau.net gère l’ensemble des sites directement liés à Petit Nuage, ma société de services web ;
  • web2.petitreseau.net héberge les sites pouvant être assimilés à des sites adultes (certaines solutions de filtrage employées dans des entreprises bloquent non pas les sites web, mais les adresses IP qui les hébergent, d’où l’intérêt d’isoler tous les sites susceptibles d’être ainsi bloqués en milieu professionnel sur une adresse IP distincte) :
  • web3.petitreseau.net héberge les sites des clients professionnels ;
  • web4.petitreseau.net héberge les sites des clients particuliers.
  • sql1.petitreseau.net héberge le serveur de bases de données.

Cette configuration me permet d’isoler les divers services de manière efficace, d’autant que je crée au besoin des nouveaux conteneurs (ou machines virtuelles) en l’espace de quelques minutes, très pratique pour tester un outil sans remettre en branle ce qui existe déjà.

Ceci dit, à l’heure actuelle, et malgré l’installation de tous les services nécessaires au bon fonctionnement du serveur et des sites et services web hébergés, je n’utilise que 10 % environ de la puissance de la machine. Il est en effet rare que le processeur ou la mémoire soient utilisés à plus de 10 %, alors que le disque dur est presque entièrement vide, malgré des sauvegardes régulières.

Notez que ce serveur n’est pas plus rapide qu’un autre, puisque bon nombre des traitements d’un serveur web sont séquentiels et la fréquence des processeurs n’a rien d’exceptionnel. En revanche, le serveur peut monter en charge sans conséquence sur la qualité du service grâce à une puissance en réserve très suffisante.

Bref, j’ai de la marge pour les années à venir !

Comments

  1. Bonjour Martin.

    J’ai actuellement un EG BestOf… les perfs disques sont catastrophiques. Dessus j’ai Debian Etch x64 et VMWare Server 2. les perfs sont encore pire :-), avec plesk dessus. C’est surtout quand je fais des grosses lecture/écriture (genre plesk backup) que c’est la cata. La VM est sur les genoux.

    Je cherche la meilleure solution pour une meilleure fiabilité et des meilleures performances. J’hésite à prendre un HG à la place, et faire des backup plus fréquents, ou à prendre un deuxième EG et à faire un cluster. Me pense que la premièer solution (HG) serait la plus simple.

    D’autre part, j’envisage d’abandonner VMWare Server 2, car contrairement à ESX ou ESXi qui sont excellents, VMWare Server 2 est mauvais en terme de perfromances. Dès lors, devrais-je plutôt me mettre à XEN ou à Proxmox ? Qu’est-ce qui est le plus performant, et surtout, le plus simple à gérer ? sachant que je vais devoir apprendre de zéro, et que je devrais transmettre les commandes à des gens qui ne connaissent pas non plus. Ilsc onnaissent linux, amisc ‘est tout. Et c’est eux qui devront réagir en cas d’urgence car je manque de dispo.

    D’autre part, je serais curieux de savoir quelles sont les perf. disque de tes machines virtuelles ? Pourrais-tu faire un test DD bs=4096 x 2mio ?

    J’espère ne pas te déranger, et me réjouis de lire ta réponse.

    Cordialement

    Superkikim

  2. @Superkikim : J’ai cru comprendre en lisant les listes de diffusion d’entraide d’OVH que VmWare Server n’était pas la solution la plus performante sur les serveurs OVH, j’ignore exactement pour quelle raison.

    Pour ma part, je suis très content de Proxmox avec OpenVZ qui a l’avantage par rapport à KVM de n’avoir le noyau Linux qu’une seule fois en mémoire, et donc des performances virtualisées très proches des performances théoriques. Je suis très content des performances, d’ailleurs, même si je n’utilise mon serveur qu’à 10 % de ses capacités aux heures de pointe.

    Pour ce qui est du disque dur et de ses performances, j’avoue faire peu d’accès, l’essentiel étant déjà en mémoire, donc je ne peux te donner de performances pratiques. Je vais voir pour ton test. Mise-à-jour : je préfère ne pas jouer avec dd, un poil dangereux pour un non spécialiste de cet outil comme moi.

  3. Bonjour Martin

    Tout d’abord merci pour votre article. Dites moi, qu’est-ce qui vous a poussé à virtualiser?
    Actuellement j’ai une dizaine de site en mutu, certains commence à avoir un peu de traffic et je songe a passé le tout sur un serveur dédié. Mes connaissances sont très limités en terme de virtualisation. Le seul intérêt que j’y vois dans un seveur web, c’est une allocation spécifique des ressources matérielles. Pour mon cas je ne crois pas que cela ait beaucoup d’intérêt.

    En tout cas si vous pouviez me donner LA raison principale qui vous a poussé à virtualiser je serai très intéressé. :)

    Merci et bonne journée

  4. @Friendly Froggy : Les raisons principales qui m’ont poussées à virtualiser sont multiples.

    Tout d’abord, la virtualisation permet de faciliter la migration des machines virtuelles entre machines physiques. Il faut dire que je ne suis pas un client fidèle à mes serveurs, puisque je les change, en moyenne, tous les 12 mois. Aussi, réduire le coût de la migration m’intéressait. Avec la virtualisation via Proxmox et les adresses IP Failover d’OVH, la demi-journée ou la journée de migration de serveur, avec tous les risques d’indisponibilité que cela comporte, la migration est réduite à quelques minutes, voire quelques secondes.

    Ensuite, avec un si gros serveur, je voulais protéger les services les uns des autres. En effet, parfois, on peut être amené à supporter des failles de sécurité sur un site ou un autre. Je ne souhaitais pas que la faille se propage alors à l’ensemble du serveur, dans un cas critique. La sécurité était donc ma seconde raison m’incitant à la virtualisation.

    Enfin, la troisième raison est la formation. J’aime me tenir au fait des technologies employées en informatique, et utilisant déjà une solution de virtualisation en local (VmWare Fusion pour exécuter Windows sous Mac OS X), je voulais découvrir la virtualisation côté serveur. Et avec Proxmox, cela est particulièrement simple et puissant.

  5. Merci pour votre réponse Martin!

    C’est vrai que je n’avais pas envisagé ça sous l’aspect facilité de migration… il faudra que j’y songe flemmard que je suis ;)

    Bonne jounrée

  6. Bonjour,
    Votre expérience sur OpenVZ m’intéresse.

    Je me suis personnellement formé à OpenVZ sous Debian et je loue actuellement
    une Dedibox XL (configurée en Debian Lenny 64). J’ai également fait des tests
    sur mon PC personnel. J’ai bien compris comment configurer mes conteneurs,
    et l’approche OpenVZ me semble très intéressante.

    Le domaine où je me pose des questions, c’est l’attribution des IP pour les machines virtuelles (les conteneurs).

    Lorsqu’on est sur son PC, on a, via sa freebox par exemple, une plage d’adresse
    du type 192.168.0.1 à 192.168.0.254 (soit 253 adresses disponibles). Il est donc
    facile de donner des IP focntionnelles pour ses conteneurs.

    Comment fait-on par contre avec un serveur accédant sur le web avec son IP du
    type 88.191.XX.YY ?

    Faut-il configurer un serveur dhcp local pour que la machine 88.191.XX.YY
    crée aussi 253 adresses du type 192.168.0.ZZZ ? Si oui, comment cela se
    réalise t-il ?

    C’est sans doute une question de débutant. Merci d’avance pour toute aide.

  7. @drodrig : Je n’ai pas l’expérience d’OpenVZ « en dur » pour pouvoir vous renseigner en matière de configuration de réseau local. Je préfère passer par Proxmox qui se charge de ce type de configurations. De plus, j’utilise des adresses IP RIPE fournies par mon hébergeur, OVH, visibles depuis l’extérieur.

  8. ça me fait penser que je dois essayer Proxmox en local tiens :)

  9. Bonjour!
    Je crois savoir que votre serveur est chez OVH. Savez vous si celui-ci était disponible aujourd’hui de 12:50 à 13:14?
    Le site d’OVH était inacessible de même que le forum Kimsufi et de même que mon kimsufi et mes sites sur mutu 60GP.
    Il semblerait qu’il y ait eu une panne généralisée. Avez vous été touché?

    Merci pour votre réponse

  10. @Friendly Froggy : Ce n’est pas sur un quelconque blog qu’il faut se renseigner des défauts d’OVH, mais sur la liste des travaux et incidents en cours, et éventuellement sur les forums et les listes de diffusion. Tu saurais ainsi que le problème est lié à « annonces malheuresses ».

  11. @Martin: merci Martin, mais si je te posai la question c’est parce que lors de l’envoi de mon commentaire le message que tu cites n’étais pas encore publié. Et comme aucun site de chez OVH n’était disponible pour les connexions chez Free, je ne pouvais pas avoir accès à l’information. Or tu es le seul blog que je connaisse qui utilise un serveur chez OVH.

    Voila la raison de mon message, mais je te rassure je suis abonné et je passe tous les jours sur les forums d’OVH ;)

    Bonne journée à toi et merci pour ta réponse!

  12. perso, tous mes serveurs externes sont chez OVH, mutualisés, dédiés, ou meme les petits rps, pas de probléme..
    OVH monte tranquillement en puissance, ils ont meme mis en place une cellule assistance « au secours je sais pas faire » payante, mais au moins, on a la confiance de s’adresser à l’hebergeur pour mettre les mains dans le cambouis pour les phases critiques ou inconnues. concernant la migration, ou les changements de dns par exemple, je comprends toujours pas qu’à notre époque, le changement d’adresse ip pour un nom de domaine soit si long, pour ne pas dire catastrophiquement long.
    48 H, c’est hallucinant.. j’ai vécu ca pour le passage d’un mutualisé à un dédié, et pour un site d’e-commerce.. avec les découvertes de devoir plonger dans l’admin compléte d’une débian de base..
    fou?? non, obligé, par le site utilisé, devenant ancien, et assez fourni.. et réclamant des versions particuliéres de php et mysql, et autres..
    bref, ca apprend beaucoup, et avoir un petit rps pour s’amuser et tester des choses c’est bien. pour la virtualisation, je sais pas trop encore, jamais testé en réel, mais il faudra bien que j’essaie pour voir..
    c’est vrai que pouvoir faire des betises en admin et remonter le serveur en quelques minutes, ca permet d’apprendre sans avoir la frayeur de tout péter à la premiére fausse manip..
    à, les joies de l’admin linux..

Speak Your Mind

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.